Pana 700 / Sanyo Z3 / Hitachi TX100 ???

2D et 3D - DLP, LCD, D-ILA, SXRD...

Modérateur : Les Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
Archi
Messages : 7164
Inscription : 04 Août 2003, 14:54
Localisation : Liège
Contact :

Pana 700 / Sanyo Z3 / Hitachi TX100 ???

Messagepar Archi » 07 Mars 2005, 20:04

Vous prendriez quoi et pourquoi, j'hésite entre ces 3 là.
Le but est d'avoir une bonne image à prix réduit, inutile de me dire achète un DILA ou un TT G70 :lol: ;) Certains comprendront lol


Je sais déjà ou l'acheter > http://www.cinemadigital.be

David est plus que compétent, un SAV de très grande qualité sans parler que lui au moins sait de quoi il parle, c'est vraiment ce que j'appellerais un Pro-Passionné :mdr:

Il m'a dit ce qu'il pensait des 3 projos, mais ici je m'adresse aux forumeurs que vous êtes, si vous avez un avis ou expérience sur la question, je vous écoute avec grand intérêt.

Pana 700
Image

Sanyo Z3
Image

Hitachi TX100
Image
en vadrouille...

Avatar de l’utilisateur
siezien
Messages : 3759
Inscription : 17 Août 2003, 18:57
Localisation : Tournai
Contact :

Messagepar siezien » 07 Mars 2005, 21:47

je pensais que tu en avais marre du HC :lol: :wink:

ben va voir les trois chez david :idea:

Avatar de l’utilisateur
Archi
Messages : 7164
Inscription : 04 Août 2003, 14:54
Localisation : Liège
Contact :

Messagepar Archi » 07 Mars 2005, 21:58

siezien a écrit :je pensais que tu en avais marre du HC :lol: :wink:

ben va voir les trois chez david :idea:


Ben j'arrête pas mais disons que je privilégie la hifi, sinon David sait avoir les 3 mais n'a que le TX100 en démo que j'ai déjà vu ;)
en vadrouille...

Avatar de l’utilisateur
BangoO
Adminederien
Messages : 19395
Inscription : 04 Août 2003, 16:04

Messagepar BangoO » 07 Mars 2005, 22:32

Et le HS50 ?
NOBO ? :D
Camui a écrit :BangoO, je t'aime.

Avatar de l’utilisateur
Nobal
Messages : 7049
Inscription : 22 Sep 2003, 23:52

Messagepar Nobal » 07 Mars 2005, 23:56

Bah...si c'est une question de prix, je vais pas lui proposer lourdement autre chose que ces trois excellents lcd :)


en tous cas, si on doit choisir entre les trois, je refais le meme choix : ptae700. (et de preference je le teste pour etre sur d'avoir un exemplaire sans vb genant)
Image

Avatar de l’utilisateur
Archi
Messages : 7164
Inscription : 04 Août 2003, 14:54
Localisation : Liège
Contact :

Messagepar Archi » 11 Mars 2005, 17:28

Bon ben voilà je me suis décidé pour un PANA 700 :cool:
en vadrouille...

Avatar de l’utilisateur
Archi
Messages : 7164
Inscription : 04 Août 2003, 14:54
Localisation : Liège
Contact :

Messagepar Archi » 17 Mars 2005, 11:13

Test: Projecteur LCD Panasonic PT-AE 700
Le LCD au rapport de contraste miraculeux

source:www.Cine4Home.de


L’exemplaire sur lequel nous avons fait nos tests nous a été prêté par : http://www.dvdplayer.de
Même après notre annonce d’un prochain test du projecteur, la pression a été forte pour que nous présentions nos conclusions sur cet appareil. Quasiment aucun projecteur n’a généré une telle impatience. Deux raisons à cela un prix alléchant et des spécifications constructeurs pleines de promesses.


Image


Dans notre article consacré au tuning de l’appareil nous avons déjà pu nous intéresser à la justesse de la colorimétrie ainsi qu’au niveau du contraste. Dans le test qui va suivre nous rentrerons plus en détails sur tous les caractéristiques de l’appareil.

Nos conditions et les critères appliqués pour nos tests sont décrits ici : http://www.cine4home.de/knowhow/Projekt ... terien.htm

1. Equipement et technique (Know How Link ici)

Les derniers projecteurs Panasonic étaient construits sur la même base. Ce qui rendait difficile leur différenciation. Le PT-AE700 arrive avec un design complètement nouveau, et à nos yeux il est particulièrement réussi.


Image


La coque du projecteur est de couleur argent et ses dimensions : 335mm x 270mm x 104mm le rendent sensiblement plus volumineux que son prédécesseur. Une utilisation nomade est possible mais avec un poids de 3,6 kg on ne peut pas dire qu’il soit particulièrement léger. La grande optique, qui a été équipée en supplément d’un Lens-Shift, est assez surprenante.


Image


Les matériaux utilisés donnent une impression de grande qualité, et surtout supérieure à la moyenne à ce tarif.


Image



1.1 Point technique

Le coeur du projecteur composé de trois panneaux LCD (chacun pour une des couleurs primaires) est similaire à celui de son prédécesseur.


Image

Image de dessus : Les panneaux LCD un pour chaque couleur primaire, se rejoignent sur l’écran à l’aide d’un prisme pour former l’image.



C’est la firme EPSON qui les fabrique et avec une résolution de 1280x720 ils permettent une image de très haute résolution compatible avec les signaux haute définition. Pour notre signal PAL (720x576) cette résolution semble disproportionnée, mais ainsi le PTAE-700 est paré pour l’avenir, ce qui constitue un point particulièrement positif.

Pour éclairer les panneaux LCD on trouve une lampe UHM de 130 Watt annoncée avec une durée de vie de 2000 à 3000 heures, détail qui rapporté à son prix en fait une lampe bon marché.


Image


Lorsque viendra l’heure de son remplacement, cette manoeuvre ne présentera aucune difficulté: sous le projecteur l’emplacement de la lampe est facilement accessible à l’aide d’un tournevis.


Image


Dans l'image ci-dessus, on distingue l’emplacement de la lampe mais également le cheminement utilisé par la lumière.
Ce genre de lampe nécessite une aération adéquate. Sur la base des exigences du client sans cesse croissantes, celle-ci doit travailler le plus silencieusement possible.

Panasonic s'est acquitté de cette tâche et a inséré dans le châssis de l’appareil des orifices d’évacuation plus grands. Ils permettent un fonctionnement des ventilateurs à faible régime et donc contribuent à baisser le volume.

Le concept fonctionne : le PTAE700 fait partie des projecteurs les plus silencieux que nous avons testé : déjà dans le mode de lampe normal l'aération travaille discrètement.
Si on enclenche le mode économie de lampe, le volume sonore est encore atténué et le projecteur de Panasonic devient si silencieux que son bruit de fonctionnement n’est plus perceptible même dans les scènes de film les plus calmes.

Il ne sert à rien pour un projecteur de home cinéma d’être encore plus silencieux.
Néanmoins il convient de signaler un point important : lorsque le projecteur est monté au plafond, la ventilation est plus forte et donc plus bruyante que lorsque l’appareil est positionné sur une table.

Ce point est facilement explicable. L’air chaud monte. Lorsque le projecteur est posé sur une table il ne court pas le danger qu’il aspire à nouveau l’air chaud qu’il a produit. Si le projecteur est monté au plafond, il est possible que l’air chaud qu’il éjecte soit à nouveau aspiré par ses orifices de ventilation, c’est pour cette raison que la ventilation est amplifiée.L'air froid nécessaire est aspiré par le côté gauche. Afin qu'aucune poussière dérangeante ne s’insinue dans le chemin de la lumière, un filtre à air qui doit être nettoyé de temps en temps se trouve ici.


Image

Orifice d’aération et filtre


Le filtre est composé de deux couches (1x couche de microfibre, et 1x de produit alvéolaire) et même si nous n’avons pu tester la résistance de cette protection dans le temps, nous pouvons dire qu’à l’aide de ce type de protection le risque de poussières parasites est minimisé.

L’air chaud est évacué à l’avant de l’appareil, juste à côté de l’optique. Ce qui entraîne un risque que l’évacuation de chaleur vienne troubler l’image en cours de projection (comme par exemple avec le Sony HS-20). Panasonic a tenu compte de ce point et a équipé l’orifice de lamelles qui viennent diriger l’air chaud et l’éloignent du chemin de lumière.


Image

Rainures d'’évacuation d’air du PT700



Le PANASONIC PTAE-700 introduit une innovation technique : pour la première fois un projecteur de home cinéma est équipé d’un iris à variation automatique qui s’adapte au contenu de l’image diffusée, ce qui entraîne un accroissement du contraste et améliore la représentation et la profondeur des noirs. Nous étions très curieux de découvrir cette particularité technique, et c’est pour cette raison que nous avons démonté l’appareil. Si on ouvre le couvercle de protection de l’appareil, on découvre ceci :


Image


La construction interne est ainsi mise en évidence. La plaque principale avec l'électronique de traitement du signal vidéo dissimule le bloc optique.En la soulevant, on arrive à avoir un aperçu intéressant du cheminement de la lumière de la lampe jusqu’à l’optique.


Image

Le chemin de la lumière



Sur l’image ci-dessus on voit le chemin oblique encapsulé dans un compartiment en plastique noir. Les trois panneaux LCD, reconnaissables au-dessus des câbles à bande plate, se trouvent juste avant l’optique.Nous passons à une autre étape pour dévoiler le chemin de la lumière


Image


Dans l'image ci-dessus, le mode de fonctionnement du projecteur peut être clairement décrit. La lumière de la lampe est d'abord « homogénéisée" par une constellation de lentilles (vers le bas à droite).

Ensuite un premier miroir sépare le spectre de lampe bleu qui est orienté sur un autre miroir vers l'affichage à cristaux liquides du panneau bleu (flèche bleue). Le spectre de couleurs restant traverse le miroir comme une vitre (flèche jaune).

Le deuxième miroir sépare maintenant la partie verte tandis que la lumière rouge restante est conduite par d'autres miroirs vers le troisième panneau (flèche rouge).

Mais nous voulions nous intéresser à l’iris automatique. Ce dispositif est placé presque invisible à proximité de la lampe.


Image


Dans l'image ci-dessus, les pignons de commande de l’iris sont visibles Dans le canal de lumière, on peut voir qu'il se situe entre la première et deuxième lentille (flèche rose).


Image


Pour comprendre son principe de fonctionnement, nous l’avons complètement démonté.


Image


Dans l’image ci-dessus le principe de fonctionnement est facile à mettre en évidence. Deux ailes d'aluminium sont couplées directement avec deux pignons et un moteur d'induction. L'avantage de ce moteur est qu'il travaille absolument sans bruit et avec un temps de réaction plus rapide que celui de notre œil.
Si l’iris doit être fermé (sur une image sombre), les ailes se tournent autour de leur axe longitudinal et diminuent l’intensité de la lumière comme le feraient deux portes qui se fermeraient sur la lumière du jour :


Image


Ici nous pouvons découvrir l’iris en position fermé. Beaucoup moins de lumière parvient dans le canal et le contraste est clairement amélioré. C’est avec cette simple méthode que le PTAE-700 est le premier projecteur LCD à atteindre une valeur de contraste de 2000 :1 La construction technique du Panasonic PT-AE 700 est somme toute exemplaire dans sa conception et son mode de fonctionnement.


1.2 Connectique / Signal

Le panneau de connectique du PTAE-700 est situé à l’arrière de l’appareil. Ici nous pouvons trouver toutes les possibilités de liaison offertes dans le domaine du home cinéma.


Image


Pour reproduire les signaux vidéos avec qualité on trouve ici une entrée YUV composante (3x Cinch), une entrée RGB H/V (Sub-D) et une prise numérique HDMI compatible HDCP, pour des signaux d'image traditionnels on trouve une entrée vidéo composite (Cinch) et une S-Video (Hosiden).

Particulièrement peu répandue mais bien appréciable est la présence encore une fois chez Panasonic d’une prise péritel. Elle permet la connexion en RGB-S de démodulateurs satellite car peu de ceux-ci sont équipés d’une sortie YUV.

Le PT-AE700 est compatible avec un grand nombres de standards vidéos : Tous les formats classiques sont supportés, NTSC 480i/480p, PAL 576i/576p, HDTV60 720p/1080i et HDTV50 720p/1080i mais également grand nombre de résolutions PC (VGA,XGA,WXGA etc.). Ces signaux peuvent être reproduits de façon digitale mais également analogique. Le projecteur de Panasonic est quasiment compatible avec toutes les sources qu’on pourrait lui relier.


1.3 Installation

Un gros défaut de son prédécesseur le PT-AE500 était le peu de flexibilité offerte dans son positionnement. Mais là également PANASONIC a amélioré le nouveau venu. La caractéristique principale est l’amplitude du zoom, unique. Il offre une grande marge de manoeuvre entre la distance de projection et la taille d’image souhaitée.

Ainsi, le projecteur est remarquablement approprié pour presque chaque salle. Dans de petites salles la distance de projection peut être rendue plus courte tout en gardant une grande diagonale d'image, mais elle peut aussi être rallongée dans les salles plus grandes. La dimension d'image souhaitée peut être quasiment toujours obtenue.

Tableau des distances de projection du "PT-AE 700"

Largeur d’image / Distance minimalede projection / Distance max. de projection
..........1,55 m..........2,1 m..........4,3 m
..........1,99 m..........2,7 m..........5,5 m
..........2,21 m..........3,1 m..........6,2 m
..........2,66 m..........3,7 m..........7,4 m
..........3,32 m..........4,6 m..........9,3 m


En complément de la grande amplitude de zoom le nouveau projecteur de PANASONIC offre un Lens-Shift, qui est maintenant devenu presque une option obligatoire pour tous les projecteurs LCD. La variante de Panasonic ne fonctionne pas à l’aide de molettes crantées comme celle du Hitachi TX100, mais avec un « JOYSTICK » directement relié avec l’optique. Le bloc peut être déplacé dans n’importe quelle direction.


Image


Si la position d’installation parfaite est trouvée, le joystick peut être bloqué en le tournant vers la droite et ce pour éviter un mouvement indésirable de l’optique.


Image


Cette procédure apparaît en théorie très simple et parfaite, mais des limitations apparaissent en pratique : ainsi, avec une grande compensation verticale, la marge de manoeuvre horizontale se retrouve réduite. Puisque l'optique doit se trouver précisément avec un Lens en position neutre dans le centre de l'image.

Une autre restriction d’utilisation nous est apparue en cours de projection : plus le Lens-Shift est usité, plus des décalages de convergences sont facilement perceptibles dans l'image. Ce n'est que lors d'un réglage neutre du Lens qu'aucune dérive de couleurs ne peut être aperçue . Panasonic aurait du apporter plus de soins à la conception de ce dispositif, peut-être dans la prochaine génération d'appareil ?


Image

Vision un petit peu trop optimiste du constructeur des possibilités d’installation.



Mais si on tient compte de la grande amplitude du zoom, le lens-shift perd un petit peu de son importance, puisqu'il devrait être possible généralement dans chaque pièce d'installer solidement le projecteur sur une table ou derrière les sièges ou encore dans une étagère


2. Utilisation

Dans son utilisation on ne peut pas dire que Panasonic à réinventé la roue, Panasonic a repris le concept du modèle précédant et à ajouté quelques options. Cela est tout à fait positif, car déjà avec le PT-AE500 le concept de fonctionnement était bon.


2.1 Télécommande

La télécommande ne se différencie pratiquement pas de celle de son prédécesseur. Elle est petite et droite, et trouve facilement sa place dans la main.


Image


La portée est absolument exemplaire et fonctionne aussi bien sur de grandes distances que par réflection sur l’écran. De cette façon on peut s’en servir rapidement et sans frustration de ne pas voir l’appareil répondre aux commandes. Dans les salles sombres, un rétro-éclairage orangé peut être déclenché pour identifier les touches.


Image


Celui qui regarde la télécommande plus en détails pourra s’apercevoir qu’une nouvelle fonction est présente « gestion des couleurs ». Nous détaillerons celle-ci plus tard au cours de ce test.Si la télécommande n’est pas à portée de mains ou si les piles sont vides, toutes les fonctions de celles-ci sont accessibles avec les touches situées sur le haut du projecteur.


Image


Toutes les fonctions importantes sont ici disponibles. Ces touches concourent au design de l’appareil car elles sont finement découpées dans l’aluminium.


2.2 Menus

Comme nous l’avons mentionné plus haut, la structure du menu a été reprise sur celle du PT500.


Image


Un peu austère dans sa conception graphique, mais très bien pensé dans sa structure. Tous les paramètres d'un groupe sont clairement identifiés.


Image
Image


Le temps de réponse est quasiment nul et permet une manipulation rapide et simple.

Les options offertes pour le réglage de l’image sont particulièrement importantes pour un projecteur. Panasonic n’a pas introduit de nouvelles fonctions, à part la gestion des couleurs déjà évoquée. Sont présents les réglages classiques de gain et de bias pour le RGB ainsi qu’une correction des gammas sur trois niveaux (Bas, Moyen, Haut).

Ce dernier réglage est certes pratique mais plutôt imprécis comparé à d’autres projecteurs home cinéma modernes.Au final, les possibilités d’utilisation sont abouties et correspondent en tous points à un projecteur home cinéma. Les débutants comme les utilisateurs expérimentés peuvent l’utiliser intuitivement et efficacement.


3. Test images

Jusqu’ici, le PT-AE700 donne l’impression d’un appareil technologiquement avancé. Mais qu’en est-il de l’aspect le plus important, la qualité des images ? Est-ce que Panasonic peut répondre aux attentes des intéressés ?


3.1 Screendoor / Raster

Le point le plus critiqué par les adversaires du LCD est la distance importante entre les pixels : chaque point de l’image doit être contrôlé unitairement par l’électronique de commande du signal, ce qui nécessite des pistes conductrices.

Comme les matrices LCD sont illuminées par l’arrière comme de petites diapositives, ces pistes se trouvent obligatoirement sur le chemin de la lumière. Et elles se font remarquer par des lignes de séparation noires gênantes entre les pixels, comme du papier millimétré. Depuis deux générations d’appareils, Panasonic emploie sa technologie propriétaire „Smooth Screen“ afin de combler l’écart avec les technologies DLP, voire LCOS.

Pour ce faire, chacun des pixels est rendu légèrement flou via une optique spéciale, de facon à ce qu’aucune ligne de séparation visible n’apparaisse plus à l’écran.


Image

Amoindrissement de la structure des pixels



Cette technique fonctionne, la structure des pixels ne se remarque plus, même de près.


Image


La structure des pixels est à peine visible La netteté de l’image ne souffre pas par ailleurs de cet artifice, les contours demeurent bien différenciés les uns des autres. Mais cette „élimination“ d’un des défauts du LCD en rend un autre d’autant plus visible. Ce sont les bien nommées "lignes de balayage" : comme les matrices LCD Epson sont commandées ligne par ligne, une certaine structure de lignes devient visible pour l’observateur attentif sur des mouvements verticaux, un peu comme sur un tube cathodique. Cet effet cependant est à peine discernable dès que l’observateur a un recul suffisant.


3.2 Qualité des couleurs

Dans les projecteurs LCD, les trois couleurs primaires du spectre lumineux sont produites à travers des miroirs spéciaux semi transparents (cf. chapitre « Technique »). Comme aucun filtre n’est utilisé, la reproduction des couleurs est particulièrement intense.


Image


Le diagramme ci-dessus montre l’ampleur des couleurs du PT-AE700 (triangle blanc), qui couvre presque l’ensemble du standard TVHD (triangle noir). Ceci permet une reproduction intense des couleurs, qui ne montre aucune faiblesse sur les films d’animation ou CGI, riches en couleurs.


ImageImageImage

Les analyses spectrales du Rouge, du Vert et du Bleu



Panasonic est cependant allé encore plus loin dans la recherche d’une reproduction exacte des couleurs, en intégrant pour la première fois la fonction « gestion des couleurs » dans les réglages de l’image. Derrière cette fonction se cache un système aussi intelligent que pratique.Avec un curseur, on sélectionne une couleur au choix à l’écran, pour laquelle on peut procéder à des réglages étendus tels la nuance, la saturation etc.


Image


Les nouveaux réglages sont mémorisés de facon détaillée dans un profil. Toutes les modifications y sont très lisiblement affichées.


Image


Cette option compliquée peut être utilisée par les "vidéophiles extrémistes" pour aligner toutes les couleurs primaires et secondaires sur les normes vidéo, puisque chaque modification des couleurs primaires influe également sur les couleurs composées. En accompagnant cela d’un réglage de la balance des blancs, il n’y a plus de limite à la précision que l’on peut obtenir. La précision avec laquelle le PT-AE700 reproduit les couleurs du cinéma à l’écran ne dépend plus que de l’habileté de l’utilisateur.

Nous trouvons que de telles possibilités de réglage sont exceptionnelles. Panasonic a démontré ici que les exigences croissantes des amateurs de home cinéma ont bien été prises en compte.


3.3 Température de couleurs

Comme mentionné auparavant, une reproduction exacte des couleurs s’obtient par un alignement précis des couleurs primaires, de la saturation et de la température de couleur sur les niveaux de gris neutres. Cette dernière doit être de 6500K sur l’ensemble des niveaux de luminosité, selon le standard vidéo actuel.Panasonic n’a malheureusement pas intégré le choix direct de la température de couleur dans le menu image, mais différents préréglages aux noms abstraits comme "Natural", "Dynamic", "Video", "Cinema 1-3" etc.

Nous avons procédé à nos mesures dans chacun de ces modes afin d’obtenir la reproduction des couleurs la plus exacte possible :

"Normal", "Video", "Dynamic", "Cinema2"

Derrière Normal, Video, Dynamic et Cinema2 se cachent les modes les plus lumineux du PT-AE700. Tout le potentiel de la lampe de projection est ici utilisé sans filtre, afin d’obtenir le contraste le plus élevé possible. Malheureusement, à cause du spectre de diffusion de la lampe UHP, les couleurs échappent à ce point à tout contrôle que ces modes sont inadaptés à une reproduction précise de film.


ImageImage

Diagrammes des couleurs: Normal, Video, Dynamic et Cinema2



Image
Image


Dans tous les modes, on voit un net excès de bleu ainsi qu’un déficit important de rouge. Ceci rend la reproduction des couleurs trop froide et peu naturelle. Les prises de vue en extérieur et les couleurs des visages paraissent étranges, comme si les scènes avaient été éclairées par une lumière artificielle. En outre, la température de couleur fluctue selon le niveau de luminosité, ce qui fait que les images sombres présentent des couleurs différentes des images lumineuses.


"Natural", "Cinema 1 / 3"

Le mode "Cinema 3" et le mode "Natural" sont par contre optimisés pour un rendu précis des couleurs. Ils se rapprochent de la norme D65, sans pour autant l’atteindre.


ImageImage

Diagramme Natural et Cinema3



Le mode Cinema1 donne un résultat presque parfait, comme avec le prédécesseur PTAE500 :


Image

Le mode Cinema1, une parfaite balance des blancs


Dans le mode Cinema1, le mélange des couleurs primaires est tel que le standard vidéo le prescrit. La température de couleur correspond sur l’ensemble des niveaux de luminosité à 6500 Kelvin :


Image


Comme le précalibrage du fabriquant se déroule sous d’autres conditions que celles de notre test (autre source, autre local, autre écran etc.), ceci démontre à nouveau de facon claire et « visible » que l’influence effective des autres éléments de la chaîne de reproduction sur les résultats des mesures est pour le moins très restreinte. Davantage sur ce sujet dans notre Know-How Special: "Les différents maillons de la chaîne home cinéma et leur influence sur les mesures".

Enfin, d’autres modes comme par exemple "Natural" peuvent aussi être optimisés vers la norme D65, en utilisant d’autres réglages image, comme par exemple la température de couleur, réglable de -2 à +2.

Celui qui souhaite encore davantage de précision peut perfectionner la balance des blancs à l’aide des réglages RGB Gain & Bias dans le menu image. Ici aussi, la précision obtenue n’est limitée que par l’adresse de l’opérateur.


]Image

Mode Natural après optimisation



Le diagramme ci-dessus montre la précision dans la reproduction des couleurs que le PT-AE700 peut atteindre en mode "Natural". Ainsi réglées, les couleurs vont apparaître dans le film exactement telles qu’elles ont été enregistrées sur le DVD. Même les projecteurs de haut de gamme ne peuvent qu’améliorer légèrement un tel résultat.


3.4 Niveau de noir, contraste, luminosité

Les tests menés jusque là sur l’image ont montré que le nouveau projecteur de Panasonic est capable d’un très bon rendu des couleurs. D’autres aspects essentiels de la reproduction des images sont le niveau de noir, la luminosité ainsi que le contraste qui en résulte.

Il apparaît ici que la précision des couleurs est en relation directe avec le niveau de contraste atteint.
Dans les données techniques, Panasonic annonce obtenir grâce à l’iris variable un niveau de contraste de 2000:1, une valeur jusqu’ici unique dans l’univers de la projection LCD. Ce haut niveau de contraste est vraiment atteint dans la pratique. En exploitant à plein le contraste possible, le PTAE700 est effectivement capable d’un niveau de contraste d’environ 2100:1.

Cependant ces valeurs exceptionnellement élevées ont un inconvénient décisif : elles ne peuvent être atteintes que dans les modes "Normal", "Video" ou "Dynamic". Mais comme nous l’avons constaté au chapitre précédent, ces modes ne permettent pas une reproduction précise des couleurs.
A moins de passer par un Tuning supplémentaire du projecteur, l’utilisateur doit se décider entre des couleurs naturelles et un contraste top-niveau.

Cependant, un très bon potentiel de contraste demeure même lors du choix d’une reproduction optimale des couleurs. Le PTAE700 atteint tout de même un contraste d’environ 950:1, avec des couleurs parfaites. Cette valeur se situe bien au dessus du standard LCD actuel et autorise une bonne dynamique de l’image: Le bon niveau de contraste résulte d’un niveau de noir impressionnant et, en parallèle, d’une luminosité maximum très bonne, qui permet de grandes largeurs d’image (au-delà de 2,5 m) sans problème.

Les avantages du réglage dynamique de l’iris apparaissent ici: Le projecteur calcule en permanence à partir du signal vidéo recu si l’image à projeter contient davantage d’éléments sombres ou bien d’éléments lumineux. Et l’iris automatique s’adapte en conséquence : il se ferme sur les scènes sombres, restreignant ainsi la quantité de lumière et améliorant le niveau de noir. Afin que l’image ne souffre pas sur la représentation des détails, les niveaux de gamma sont en même temps relevés. Sur une scène de film claire au contraire, l’iris s’ouvre et permet d’exploiter toute la luminosité de la lampe de projection.


Image


Avec cette technique aussi simple que géniale, on peut utiliser tous les avantages d’un iris sans faire de compromis quant à la luminosité maximale. En pratique, Panasonic maîtrise si bien cette technique que l’œil, en cours de film, ne remarque pas cette adaptation permanente de la luminosité. Il n’est éventuellement possible d’observer ces changements que si l’on se concentre, par exemple sur les bandes noires d’un film en Cinemascope (21:9).

La luminosité de la lampe est gérée simultanément en continu avec l’iris adaptatif. Cette technique reprise du PTAE500 augmente à nouveau de facon visible le niveau de contraste, mais seulement si la lampe est utilisée en mode « forte puissance ».

Globalement, nous avons été agréablement surpris par cette nouvelle technologie et espérons que d’autres fabricants reconnaissent le potentiel de cette technique et l’utilisent. Au final, le PTAE700 est un projecteur LCD avec un niveau de noir exemplaire et, en même temps, une luminosité maximale élevée.

Un seul point demeure critiquable. Comme tous les projecteurs LCD avec des matrices Epson, le PT-AE 700 montre également une nette touche de bleu dans le noir. Cette coloration bleue enlève aux scènes sombres un peu de leur naturel.


Image

Dominante de bleu dans le noir



Nous observerons si ce défaut est amélioré dans la prochaine génération de LCD.


3.5 Courbe de gamma / Homogénéité

Un rapport de contraste élevé n’est intéressant pour l’image que si la plage de dynamique est utilisée de façon homogène et précise. C’est là que la répartition dite des gammas entre en jeu. Elle attribue à certains niveaux de luminosité du signal d’entrée une quantité de lumière sur l’écran bien déterminée.
Les DVD produits sont réalisés de façon à ce que, idéalement, une valeur de 2,2 à 2,5 (en fonction de la pièce de projection) permette une reproduction optimale de la luminosité. Nous avons mesuré la répartition des gammas pour les différents modes d’image.

"Cinema1"

Ce mode est tout particulièrement intéressant car il assure une reproduction parfaite des couleurs, comme nous l’avons vu aux chapitres précédents.


Image

Courbe des gammas du mode Cinema1



On voit sur le diagramme ci-dessus que la courbe de luminosité est nettement trop plate, avec une progression de 2,03. Avec cette valeur de gamma erronée, l’image apparaît légèrement délavée et ne profite pas à plein du haut niveau de contraste du projecteur. A l’aide des réglages gamma dans le menu image, il est possible de renforcer quelque peu la progression de la courbe jusqu’à une valeur de 2,15 en restant cependant de peu sous la norme vidéo.

Cela se présente mieux avec le mode "Natural". Ce mode, qui peut comme nous l’avons vu être ajusté pour une température de couleur parfaite de 6500K, montre une progression homogène et précise de 2,2:


Image

Natural: Gamma de 2,23



Ceci est une très bonne base de départ. A l’aide des réglages gamma du menu image, il est possible de progresser jusqu’à 2,4 si besoin est.

Puisque le mode Cinema1 offre malheureusement trop peu de flexibilité sur les gammas, le mode Natural calibré sur D65 représente le meilleur choix pour celui qui accorde de l’importance à une reproduction parfaite des couleurs et à une répartition précise de la luminosité.

Tous les autres modes d’image échouent sur la représentation des couleurs, comme vu précédemment. Cependant et afin d’être exhaustifs, voici les valeurs de gamma que nous y avons relevées:

Cinema2: 2,24
Cinema3: 2,06
Normal: 2,13
Dynamic: 1,94 (Courbe en S)
Video: 2,26

Après un bon réglage des gammas, le PTAE700 impressionne comme aucun autre projecteur LCD avant lui. La répartition de la luminosité est précise et donne une impression de profondeur dimensionnelle avec un usage équilibré de la dynamique.

La représentation des détails dans les parties sombres de l’image est particulièrement impressionnante. Panasonic a ici remédié avec succès à une faiblesse typique des LCD, les éléments les plus sombres de l’image sont bien rendus et ne disparaissent pas « dans le noir ». Il en est de même pour les niveaux de luminosité les plus élevés, juste sous le blanc. On ne trouve aucune trace du redouté "Clipping".
L’iris variable semble également avoir une influence positive sur la représentation des détails.


3.6 Acuité/illumination/convergence

L’acuité, la précision et l’illumination d’une image dépendent de la qualité de l’optique. Le PTAE-700 se distingue de son prédécesseur par une très grande optique qui laisse supposer que l’image sera de très grande qualité. Malheureusement, concrètement, elle ne tient pas ses promesses :L’illumination de l’image se fait de façon homogène et même dans les coins on ne peut déceler une chute de la luminosité. Le hot-spot qui était décelable sur les projecteurs d’anciennes génération, appartient désormais au passé.

Le piqué d'image n’est pas perturbé, par l’utilisation, même extrême, du lens-shift avec notre modèle de test nous n’avons pu déceler aucun coin plus flou que le reste de l’image.Voilà pour les points positifs par contre un déficit est clairement identifiable en matière de convergences. Plus on utilise le lens-shift et plus on met en évidence une déviation des couleurs . Ce n'est que lorsque le Lens-shift est en position neutre qu’aucune divergences de couleurs ne peut être constatée.

Qui plus est le zoom a également une certaine influence sur la convergence. Panasonic a apparemment contrebalancé ce défaut en offrant une grande amplitude de zoom. Le décalage de pixel n'est certes pas vraiment sérieux lors de la diffusion de films mais la concurrence fait mieux sur ce point, comme par exemple l’hitachi PJ-TX 100.


3.7 Overscan

L’un des gros défauts du PT-AE500 était son trop grand Overscan, les contours de l’image étaient amputés ce qui faisait qu’on perdait une partie de l’image originelle en cours de diffusion.

Alors que d’autres constructeurs, ont tiré des leçons du passé et proposent dans leurs menus un Overscan débrayable, Panasonic n’a pas remédié à ce problème. Que ce soit en liaison analogique ou numérique en 576P, le PT-AE 700 perd à gauche et à droite environ 30 pixels links et en haut et en bas environ 10 pixels. Ce qui entraîne perte d’environ 8 % de l’image, ce qui correspond à une valeur encore tolérable, mais qui à nos yeux ne répond pas aux standards actuels. Par chance en résolution native de 720 en dvi l’image est représentée totalement Celui qui ne veut pas d’overscan doit se servir d’un lecteur de dvd avec sortie HDMI ou DVI permettant l’upscaling. .


3.8 Désentrelaceur

L'affichage des images des projecteurs numériques se fait selon un procédé d'image complète. Beaucoup de nos sources vidéos, surtout la TV transfèrent encore des signaux vidéos selon un procédé de demi-image, communément appelé "entrelacé". La tâche du désentrelaceur est donc de transformer ces demi-images en format progressif. Jusqu'à présent, aucun projecteur LCD en dessous de 2000 euros n'avait proposé un désentrelaceur vraiment satisfaisant pour traiter les films et les signaux vidéos. Nous étions curieux de savoir si Panasonic avait trouvé une bonne solution avec ce nouveau modèle.

Sources Vidéo

Des sources vidéo, comme des émissions TV, des retransmissions sportives ou nos propres enregistrements vidéos, sont établis selon un système de 50 trames différentes par seconde. Bien que chaque image n'offre que la demi-résolution, elle représente son propre instantané. Pour ce genre de sources, le PTAE700 montre de bons résultats dans la plupart des cas. Avec le procédé dénommé "Motion Adaptive", des éléments d'images fixes sont communs à deux moitiés d’images tandis que les éléments en mouvement sont interpolés par le scaler électronique interne.

Le procédé est bien mis en application. Des images provenant par exemple d'un tuner satellite sont convertis en progressive avec une très bonne précision sans artefacts de mouvements ou autres dégradations de l'image. Le PTAE700 convient ainsi remarquablement à la télévision.

Films

Avec des sources cinéma, les films utilisent une fréquence de 24 images par seconde, pour une qualité d'image la meilleure possible, chacune des demies-images doivent être groupées. Cette procédure est désignée par "Filmmode". A l'époque, lors de notre test du PTAE500, nous avions eu des problèmes avec le mode de film. Le nouveau modèle Panasonic apporte un mode film qui convient mieux à notre matériel PAL.

Les images cinéma sont assez bien reconstruites, par contre avec une perte de résolution dans les détails et une image scintillante par moment.Le désentrelaceur se trompe de temps et traite un film comme si c'était une source vidéo. Par moment, on peut voir apparaître de brèves pertes de détail. Celui qui veut une meilleure précision préféra utiliser un lecteur dvd progressif de bonne qualité.Le désentrelaceur électronique fait toutefois bien son travail. Pour l'utlisation occasionnelle de signaux TV, ce projecteur convient très bien.


3.9 Fidélité des détails / Mise à l’échelle / Netteté

Avec sa résolution HDTV native, ce projecteur offre un bon potentiel visant une représentation détaillée et précise en provenance d'un matériel PAL. Toutefois, on ne profite de ce potentiel que si le traitement de signal interne réalise un traitement d'image adéquat en coopération avec le scaler électronique.


3.9.1 Traitement du signal

Analogique

Lors de vision de sources analogiques, le traitement des signaux a une tendance nette aux doubles contours.


Image


Avec des transitions de contrastes forts, on peut observer un effet dérangeant. A l'aide de la fonction de netteté, on peut par contre réduire ce problème à un niveau acceptable sans trop de perte de netteté. Cependant, d'autres projecteurs offrent ici un meilleur résultat.

Numérique

Ce qui est tolérable lors d'une utilisation analogique ne devrait pas apparaître en numérique. Nous avons été d'autant surpris lorsque nous avons vus les doubles contours avec le PTAE700 connecté en signal numérique. Lors d'un affichage en 576p ce phénomène pouvait être réduit. En 720p, le réglage d'acuité n'a qu'une faible influence sur ces doubles contours. Doubles contours également en affichage 720p HDMI/DVI


Image


Les possesseurs d'un PTAE700 devront faire avec ce problème d'artefact vidéo.


3.9.2 Scaling horizontal

La résolution DVD (720x576 pixels) se trouve bien en dessous de la résolution native du projecteur. En conséquent, elle doit être converti par le scaler interne pour atteindre la résolution de 1280 pixels.

Analogique

Lors d'une usage analogique, le signal PAL est converti convenablement jusqu'à une résolution de 6Mhz. On remarque à peine quelques fluctuations de linéarité.


Image


Dans le secteur de 6,75 MHZ (image à droite), nous constatons toutefois des artefacts d'échelle visibles. Toutes les lignes ne sont pas uniformes et de même luminosité. Cela signifie que des petits détails et structures sont facilement dégradés lors de mouvements. En outre, des résolutions plus élevées montrent de nets défauts, la luminosité de petits détails est visiblement réduite, ce qui fait perdre une partie de la dynamique.

Dans le secteur des couleurs, des artefacts d'échelle devraient être à peine visible, toutefois nous constatons sur la représentation ci-dessous une perte de dynamique de couleurs. Dans notre image d'essai (à droite), les verts et magentas disparaissent au profit du gris:


Image



Numérique

Lors d'une lecture en numérique, beaucoup de petits détails ressortent d'avantage dans la dynamique de luminosité. Dans la haute résolution DVD aussi, l'ampleur de contraste est pleinement reçue.


Image


L'échelle montre dans le secteur de 6MHz de légères inexactitudes (quelques lignes sont réduites dans leur luminosité). Dans le secteur de 6,75MHz, les inexactitudes ne sont pas vraiment plus faibles, les lignes montrent des fluctuations.

Dans l'image d'un film, cela se répercute positivement par une représentation de détail plus pointue. La dynamique de couleurs avec une connection DVI est également plus précise. Jusqu'à la plus haute résolution DVD (3,375 MHz) les couleurs sont bien retranscrites sur la toile:


Image



3.9.3 Scaling vertical

La résolution verticale de 576 pixels doit être augmentée pour atteindre 720 pixels, une telle procédure s'avère extrêmement difficile pour atteindre un résultat parfait



Image

Résolution verticale



Image


La représentation lors d'un affichage analogique et numérique est approximativement la même. Dans notre image de test en affichant des lignes blanches, nous constatons des fluctuations de linéarité, chaque deuxième ligne est plus sombre.

Dans l'ensemble, la représentation du détail du PTAE700 va de satisfaisante à bonne. Le phénomène des doubles contours visibles en utilisation analogique et numérique amènent cependant une perte de détail.
Il faut noter que, sur ce point, son prédécesseur faisait mieux. La mise à l'échelle est tout de même d'un bon niveau lors de la vision de signaux numériques.

Remarque:
Avec des images en format télévision standard 4:3, une partie de la résolution horizontale est inutilisée. Comme pour les téléviseurs 16:9 des barres noires apparaissent à droite et à gauche de l'image. La résolution inhabituelle de 960x720 pixels convient pourtant bien à notre standard PAL, même en format 4:3, il n'y a pas de perte de détail notable.


3.10 Shading

La décomposition interne du spectre de couleur dans les couleurs de bases et le réassemblage dans un prisme conduisent inévitablement pour les projecteurs tri-lcd à la formation d'un "nuage de couleur" quelque peu dérangeant.

Ceci ne peut être amélioré qu'à l'aide d'un correcteur numérique.Cette formation de "nuage de couleur" est particulièrement visible sur les couleurs grises.

Le PTAE700 ne propose pas une température de couleur toujours homogène. Sur notre appareil de test, nous avons constaté que la partie droite de l'image avait tendance à faire légèrement rougeoyer les gris.

Le Shading de ce projecteur n'attire cependant pas l'attention en visionnant un film couleur. C'est en regardant un film noir/blanc que l'on pourra percevoir quelques teintes rougeâtres à droite de l'image.


Remarque:
Selon les modèles, ce Shading peut être différement marqué. Ce n'est pas un véritable défaut, mais cela reste inhérent à la technologie LCD.


3.11 Vertical Banding

Beaucoup de fans de home cinéma sont de plus en plus dérangés par le "vertical banding". Cela signifie une structure de bande verticale qui se remarque particulièrement dans des surfaces de couleurs homogènes (gris ou bleu par exemple) et les travellings horizontaux.Les panneaux Epson appliqués sur les projecteurs de dernière génération n'ont pas subi de grande amélioration.

Toutefois, le PTAE700 propose une qualité d'image encore améliorée. Globalement, le procédé LCD a été amélioré dans une bonne mesure, la vision de films, même pour les yeux les plus exigeants, n'est pas gênée par des artefacts inhérents à cette technologie.Des utilisateurs ont aussi trouvé le moyen de réduire le vertical banding en modifiant le menu "flicker-service", vous pouvez également demander à votre revendeur s'il peut optimiser votre projecteur.

Remarque:
Pour le vertical banding, le phénomène peut également être plus ou moins marqué selon le modèle.


3.12 Bilan de l'image

La qualité d'image du PTAE700 est à globalement recommandable. Grâce à son iris automatique, il réussit à combiner un contraste élevé pour un projecteur LCD avec des belles couleurs. Ces derniers sont garantis par un travail précis et une gestion des couleurs complètes qui atteint presque la perfection. De nombreuses options sont offertes à l'utilisateur permettant un réglage précis, il faut cependant de la patience et un minimum de connaissance.Le résultat se voit.

Avec de bonnes sources, le nouveau projecteur Panasonic offre une qualité d'image agréable avec des couleurs brillantes et naturelles.

L'effet de profondeur est grâce au contraste élevé et à une luminosité optimisée presque du niveau d'un DLP. La qualité des noirs est si bonne que lorsque de scènes sombres, le spectateur n'est pas dérangé par un manque de visibilité. En même temps, pour les scènes claires, l'image est lumineuse, cela permet de recourir à de grandes diagonales d'images sans problème.

Malgré toutes ses qualités, le PTAE700 n'est pas un appareil parfait. Dans notre essai, surtout en lecture 576p, nous avons constaté une perte de détails dans le traitement des images qui se prononcent par les doubles contours, et la perte de netteté lors d'un signal analogique amène une perte de définition.
Bien que ce projecteur propose un bon désentrelaceur, les sources films ne sont pas aussi bien traitées que les sources vidéo. Pour une qualité d'image maximale, nous recommandons de le raccorder à un lecteur DVD permettant d'envoyer un signal à la norme 720p. Avec une telle combinaison, les défauts du projecteur (overscan, scaling, pertes de détail) sont quasiment tous éliminés et l'utilisateur pourra profiter d'une qualité d'image qui était encore, il y a peu, inconcevable dans le segment des projecteurs LCD.

Note image globale : 1,75 (bon +)

Valeur des noirs et contraste................1,3 (très bien-)
Netteté & Interpolation.........................2 (bien)
Palette des couleurs/Température.........1,4 / 1,8
Désentrelaceur....................................2,2 (bien -)
Autres aspects.....................................1,9 (bien+)


4. Rendu HDTV


Pour atteindre la meilleure qualité possible avec le PTAE-700, il faut l'attaquer dans sa résolution native, donc des signaux HDTV 720p / 1080i. Nous avons bien sûr essayé et avons été enthousiasmés par le résultat.avec un signal 720p, le projecteur reçoit un signal qui correspond pixel par pixel à sa résolution native et est donc parfaitement retransmis, cela laisse la norme DVD loin derrière.
Avec un signal plus élevé, en 1920x1080i, l'image est aussi excellente grâce au désentrelaceur inclus, on peut par contre voir ici et là quelques artefacts dûs à la mise à l'échelle à 1280x720 pixels.Le HDTV est supérieur, non seulement dans la résolution, mais également dans la dynamique de l'image. En outre l'image ne comporte plus d'artefacts de compression. Quand on a vu du HDTV avec le PTAE700, on ne peut que trépigner d'impatience jusqu'à ce que des chaînes de télévision proposent enfin cette norme en Europe.


5. Bilan


Le nouveau Panasonic PT-AE700 est un développement logique de son prédécesseur. Les ingénieurs ont essayé d’améliorer la plupart des caractéristiques du PT-AE500, sans faire augmenter le prix de façon considérable. Avec sa grande amplitude de réglage, le zoom ainsi que le Lens-Shift offrent encore plus de flexibilité quant au placement de l’appareil. Le nouveau châssis a permis de diminuer encore le bruit de ventilation qui en devient presque imperceptible.

Les niveaux de contraste ont été améliorés par un écran de lumière adaptatif. La colorimétrie a encore évoluée grâce à de nouveaux paramètres de réglages.

Le nouveau désentrelaceur permet un meilleur respect des détails sur des sources vidéo et à une image plus douce. Les caractéristiques qui étaient déjà exemplaires pour le prédécesseur, sont maintenues. Ainsi, le menu est clair et sa prise en main est rapide.

La connectique est complète, la prise Péritel est toujours là, la télécommande est pratique. Nous pouvons tout de même reprocher un léger pas en arrière dans le scaling et au niveau du traitement de signal. Panasonic aurait pu y apporter plus de soin.
Nous pouvons dire la même chose concernant le Lens-Shift dont les avantages sont compromis par un léger décalage de convergence.


Image


En conclusion le PTAE-700 propose dans sa gamme de prix un incroyable potentiel, qui fait vite disparaître ses petits défauts.
Mais il y a encore, de la place pour de possibles améliorations sur les prochaines générations d'appareil. Les fabricants s'efforcent de plus en plus plus de permettre le développement du cinéma à la maison ces derniers mois pour un prix raisonnable. On arrive maintenant au rendu sur grand écran de ce qu’on avait uniquement sur une télévision 16/ème il y a quelques années. Nous sommes curieux de savoir ce que l’avenir nous réserve.


6. Évaluation


+ Très haut contraste
+ Température de couleurs parfaites en réglages usines, beaucoup de paramètres de réglages de l’image
+ Grande amplitude du zoom
+ Lens-Shift
+ Ventilation silencieuse
+ Bon désentrelaceur
+ Pas de structure de pixels visible (effet de grille)


- Lenshift occasionnant des erreurs de convergences
- Doubles contours avec le traitement vidéo interne
- Overscan en 576p
- Artafacts LCD (Vertical Banding, Shading)


Évaluation totale: 1,5 (Très bon / Bon)

Équipement................ 1,4 (Très bon -)
Utilisation................... 1,9 (Bon +)
Technique.................. 1,5 (Bon +)
Image........................ 1,75 (Bon +)
Prix performance........ 1,0 (Très bon)


15. Oktober 2004, Ekkehart SchmittTraduction avec son aimable autorisation : Grégory WALTER (worf), Olivier CARPAUTAUX (olivier27) et Pierre-Yves DURAND (Pilroy). Copyright et reproduction écrite ou électronique interdite sans autorisation.

Remarque:

Ce test montre les résultats obtenus avec ce projecteur avec l’aide des règlages usines. Avec un tuning particulier, le potentiel de l’appareil peut être grandement amélioré.


7. Détais techniques (Données constructeurs!):

Image

- 16:9 Format-
- Format d’image : 16:9/ 4:3
- Luminosité : 1.000 ANSI-Lumen
- Rapport de contraste : 2000 : 1
- Résolution : 1280 x 720 Pixel
- Smooth Screen Technologie
- Progressive Cinema Scan

Convivialité

- Correction de trapèze
- Projection de façe
- Projection arrière
- Projection plafond
- Projection table
- Télécommande
- Très haut confort d’utilisationEnvironnement
- Consommation électrique (Standby): 3 Watt
- Mode économisateur de lampe

Connectique

- HDMI
- YUV -composante (Cinch)
- PC (VGA)
- Peritel
- Entrée S-Video (Hosiden)
- Entrée vidéo (RCA)

D'autres caractéristiques

- Boîtier compact
- Léger
- Durée de vie de la lampe : 3.000 heures
- Bildformat: 16:9
- Diagonale visible: 1,0 bis 5,0 (m)
- Distance de projection par rapport à l’écran : 1,2 bis 7,4 (m)
- Bruit de fonctionnement : 26 (db en mode normal)
- Dimensions : 33,5x10,4x27 (cm)
- Poids : 3,6 (kg)
- Couleur : argenté[/quote]
en vadrouille...

Avatar de l’utilisateur
Archi
Messages : 7164
Inscription : 04 Août 2003, 14:54
Localisation : Liège
Contact :

Messagepar Archi » 17 Mars 2005, 11:54

en vadrouille...

julien max jacquemin
Messages : 155
Inscription : 07 Mars 2005, 15:08
Localisation : Emerainville (77)
Contact :

Messagepar julien max jacquemin » 17 Mars 2005, 13:47

Archi a écrit :Bon ben voilà je me suis décidé pour un PANA 700 :cool:


Excellent choix ! :wink:

albo
Messages : 1054
Inscription : 07 Jan 2004, 23:35

Messagepar albo » 18 Mars 2005, 12:02

BangoO a écrit :Et le HS50 ?
NOBO ? :D



Un utilisateur (Southstar sur HCFR) qui a possédé les 2 préfère finalement le PTAE700

« Je viens de recevoir la dernière version du 7OO , construite en janvier 2005 firmware 1.07 et je suis emballé par les améliorations constatées :
PAS UN POIL DE VB
PAS UN POIL DE SHADING
PAS UN POIL DE PBS DE CONVERGENCES
Tout ce que j’avais trouvé sur la version de sept 2004 .
Le nouveau firmware semble donc une réussite et améliore ce vp déjà remarquable en Q/P .
Il y a tjrs cette douceur de l’image et un peu trop de fourmillements par rapport a un hs 50 mais sinon c’est top et il y a de fortes chance que mon SONY vive ses derniers jours chez moi ..............dès que j aurais reçu le filtre KR 6 et peaufiné le pc qui déjà en dvi /hdmi 720 P ZP et ffdshow fait une image superbe »

Il reproche au Sony un manque de luminosité et une colorimétrie aléatoire à la fermeture automatique de l’iris.
Comme il l' écrit ; avant le Sony, il avait déjà possédé un PTAE700.

Alain

Avatar de l’utilisateur
Nobal
Messages : 7049
Inscription : 22 Sep 2003, 23:52

Messagepar Nobal » 18 Mars 2005, 13:57

:) ...

ce qui est moins drole c'est que certains pourraient etre influencés par cela, alors que l'ami southstar est l'un des seuls au monde à utiliser le sony sans l'iris auto, qu'il pousse le filtre netteté de windvd a fond, qu'il dit ne pas avoir reussi a regler son sony, (qu'il a besoin de diffuser dans un environnement avec lumiere exterieure ?), bref autant de points qui font qu'il faut prendre les infos avec des pincettes geantes.(en revanche, contrairement a d'autres, ce n'est pas sa sincerité qui a remettre en cause..il est clairementt honnete, mais a des gouts "differents")


il ecrivait d'ailleurs, en comparatif des deux appareils (majuscules d'origine) :

"BILAN : OUI CELA VAUT LE COUP DE SE DEPOUILLER POUR ACHETER LE GROS
comment faire : attaque d une banque , seduire un riche heritiere , revendre sa voiture ou sa moto , ............enfin rien de bien difficile
JE M EXCUSE POUR LES POSSESSEURS DE 700 ET ESPERE NE PAS VOUS AVOIR TROP MIS EN COLERE . "

et fin janvier :
"que le le hs 50 soit au dessus n est pas contestable et je pense que les 1000 euros cela vau le coup si tu peux ."

"pour ce qui est de la luminosite le 700 peut etre lui aussi tres palot , tout depant des reglages , temp de couleur et lampe , mais place cote a cote avec un cache pour changer d image c est ridicule de dire que le 50 manque de lum . "





ps : note que mon ptae700 n'avait pas de probleme de vb, convergence, et un "mini shading"...le firmware n'a probablement pas completement transformé la machine deja excellente, il corrige d'aprés les types d'avs quelques bugs...(white flash, vb etc ??)..
Dernière édition par Nobal le 23 Mars 2005, 23:47, édité 3 fois.

albo
Messages : 1054
Inscription : 07 Jan 2004, 23:35

Messagepar albo » 19 Mars 2005, 01:41

Salut NOBO,

J'ai simplement cité Southstar pour conforter Archi dans son choix et puis le HS50 ne fait pas partie de la sélection proposée sur ce post :D

Alain

Avatar de l’utilisateur
Archi
Messages : 7164
Inscription : 04 Août 2003, 14:54
Localisation : Liège
Contact :

Messagepar Archi » 19 Mars 2005, 11:06

albo a écrit :Salut NOBO,

J'ai simplement cité Southstar pour conforter Archi dans son choix et puis le HS50 ne fait pas partie de la sélection proposée sur ce post :D

Alain


Tracasse y a pas à me conforter dans quoique ce soit, je ne voulais pas franchir les 2000 € alors c'était vite réglé en sommes. Je cherchais juste un p'tit projo facile d'emploi de technologie LCD ! Je devrais le recevoir fin de semaine prochaine normalement :D

Et pour dire franchement je ne l'ai jamais vu fonctionner, en gros tout ce qu'il ne faut pas faire :lol:
en vadrouille...

Avatar de l’utilisateur
Nobal
Messages : 7049
Inscription : 22 Sep 2003, 23:52

Messagepar Nobal » 19 Mars 2005, 13:12

J'ai fait exactement la meme chose que toi (3 fois) archi (confiance dans les tests et avis "consistants") ...et je n'ai pas eu a le regretter pour l'instant.

A titre d'info, Le pote a qui je l'ai vendu a vu tourner successivement les deux projos chez moi, ce qui ne l'a pas decouragé d'acheter le panasonic pour autant (d'ailleurs si ça avait été une machine mediocre, je ne l'aurais pas vendu a un de mes meilleurs ami.. cqfd).......il est conscient du contraste, des noirs, du silence et de la netteté superieurs du sony (dans une certaine mesure), mais sait que pour le reste c'est globalement identique, en prime il regarde ses films bien plus prés que moi : smoothscreen salutaire, il l'utilise plus que moi : lampe moins chere, et il a fabriqué un support plafond electrique pour le ptae100 pret a l'emploi pour le ptae700...bref, le panasonic etait deja une evidence pour lui, et le jour ou il a vu de la hd tourner dessus, ça a fini de le convaincre)

on a tendance a oublier que quand on compare deux "belles" images, meme si l'une fait mieux sur certains plans, l'autre ne devient pas moins agreable pour autant. (d'ailleurs il m'est arrivé de regarder un ou deux dvd sur le pana aprés avoir reçu le sony....et plongé dans le film, je me suis fait deux trois fois la reflexion : "il est quand meme vraiment bien ce petit payday" me demandant a cet instant si j'avais raison de sacrifier ma garantie 5 ans a la fnouc pour un projo luxembourgeois : ))

bref tout ça pour dire comme l'a deja fait julien : excellent choix.


ps : yes albo, je comprends bien, mais pour les autres, il etait utile de donner quelques indications supplementaires histoire de recadrer les choses ;)
Image

GHISSERGE
Messages : 16
Inscription : 05 Oct 2003, 12:54
Localisation : st denis reunion

Messagepar GHISSERGE » 22 Mars 2005, 11:36

NOBO ,

decidement tu es un type a l honneteté douteuse , quand on lit en detail les propos de southstar sur hcfr on s apperçoit que tu deformes largement ses propos..........que tu utilises des parties de phrases pour en faire des verites .

il t a pourtant explique que le 50 etait au dessus en nettete et rien que pour cela cela valait le coup de se depouiller ...........il t a pourtant explique que le premier 700 qu il avait eu etait une belle daube vb ;grille, pb d allumage ...........QUE LE NOUVEAU AVEC LE FIRMWARE 1, 05 puis 1, 07 etait bien au dessus et venait chatouiller le 50 .

moi le 700 de southstar je viens de le voir tourner avec le filtre KR 6 B+W et a cote le 50 eh ben franchement apres deux hres , en qualite de noirs de contraste , de colorimetrie le 50 tremble sur ses bases et mme en mode iris auto suppose fantastique ...................juste en nettete le 50 est mieux encore que le 700 en dvi HDMI est tres proche de la vga du sony.

alors ton recadrement il est largemant a ponderer , sans doute ton 1 m 94 te donne une assurance debordante mais il faut aussi parfois admettre que les autres qui comme southstar on deja 8 vp derriere eux et qqs années de pratique peuvent aussi emettre des avis eclaires .

surtout que la chez lui on peut voir cote a cote trois lcd alors que toi tu n as que ta memoire et ton entetement pour affirmer partout ou tu passes que le 50 est le meilleur tri lcd du monde .

A+


Revenir vers « VP numériques »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités