...

Enceintes Hi-Fi (enceintes électrodynamiques, panneaux, ...)

Modérateur : Les Modérateurs

fredfish
Messages : 480
Inscription : 11 Nov 2005, 10:03

Re: B&W 801D, DCS Puccini, Nagra PL-L & Accustic Arts AMP III.

Messagepar fredfish » 25 Fév 2009, 22:02

iblieve a écrit :Interessant car onéreux ces petites horloges... Vivement le Cr!
Si tu as l'occasion de tester le DAC I et II AA, ce serait aussi très instructif...


Pour les lecteurs AA cela ne devrait absolument pas poser de souci car je m'entend très bien avec l'équipe de chez Noir Et Blanc. Donc pâs de souci pour ce les procurer.

De plus nous voulions depuis un certain temps tester leur lecteur à 4500 euros sur mon système et ceci pour un ami !

maintenant iblieve, si tu veux tu peux aussi suivre quelques sujets sur notre forum ici...

http://www.elfbi.com/phpBB2/viewforum.php?f=17

Fred. :wink:

Avatar de l’utilisateur
iblieve
Messages : 69
Inscription : 16 Juin 2004, 16:52
Localisation : rhône-alpes
Contact :

Re: B&W 801D, DCS Puccini, Nagra PL-L & Accustic Arts AMP III.

Messagepar iblieve » 27 Fév 2009, 08:29

Est-ce chez Noir et Blanc que tu aurais acheter le AA AMP III ?
Il est vraiment ENORME quand même...
HC: Nuforce AV17 + MCH3SEC7+ oppo 985 + samsung LE40F86BDX
Hifi: Mimétism 15.2, DAC audiomat maestro + AA Drive II, Enceintes SEAS Excel Magnésium.
câbles: Full A+ Golden HP et modul/num, soundstring, secteur MPC abyss, mk2 et evidence.

fredfish
Messages : 480
Inscription : 11 Nov 2005, 10:03

Re: B&W 801D, DCS Puccini, Nagra PL-L & Accustic Arts AMP III.

Messagepar fredfish » 27 Fév 2009, 10:21

iblieve a écrit :Est-ce chez Noir et Blanc que tu aurais acheter le AA AMP III ?
Il est vraiment ENORME quand même...


Ouaip,

L'AMP III vient bien de chez Noir & Blanc !

Vrai double mono de 600 watts pesant pas moins de 60 kilos. Une bête quoi ! :lol:

:wink:

Avatar de l’utilisateur
julion
Captain Obvious to the rescue
Messages : 6870
Inscription : 08 Juil 2004, 21:49

Re: B&W 801D, DCS Puccini, Nagra PL-L & Accustic Arts AMP III.

Messagepar julion » 27 Fév 2009, 10:37

Ecoute, tu devrais te prendre un bon bloc (nico va pas être d'accord) REF210 (deux plutôt, c'est bloc mono) de chez Audio Research) et un REF3. Comme ça, ça ira mieux. (et si tu as des sous et que tu veux 600W, ben, tu prends le 610 mais sur des 801, c'est dommage.

En source, tu gardes la même. Ca apportera un peu de sobriété et woula. En platine... je ne sais plus ce que tu as... vu, garde si tu veux.

Mais essaie ce que je te dis là.
bluePOWER

Avatar de l’utilisateur
iblieve
Messages : 69
Inscription : 16 Juin 2004, 16:52
Localisation : rhône-alpes
Contact :

Re: B&W 801D, DCS Puccini, Nagra PL-L & Accustic Arts AMP III.

Messagepar iblieve » 27 Fév 2009, 16:54

Perso je resterais dans le transistor... surtout pour driver des 801!!! Et les 60 kg du AMP III me paraissent parfaitement adaptés!!! Le tube...méfiance...
HC: Nuforce AV17 + MCH3SEC7+ oppo 985 + samsung LE40F86BDX
Hifi: Mimétism 15.2, DAC audiomat maestro + AA Drive II, Enceintes SEAS Excel Magnésium.
câbles: Full A+ Golden HP et modul/num, soundstring, secteur MPC abyss, mk2 et evidence.

Avatar de l’utilisateur
nico-
Professionnel
Messages : 4860
Inscription : 15 Sep 2003, 22:43
Localisation : Tours

Re: B&W 801D, DCS Puccini, Nagra PL-L & Accustic Arts AMP III.

Messagepar nico- » 27 Fév 2009, 18:52

AR je suis LOIN d' etre fan, mais alors LOIN.
Leurs plus belles pièces sont derrières eux et le Ref 3 n' en fait pas partie (ne parlons meme pas des blocs).
Ma boite à (gros) cons : xéna, tubesaplat, dabass, bernardmail
Président d' honneur par intérim du FLPCDMC (un genre d' EDV mais en mieux et moins drôle et plus viril )

Avatar de l’utilisateur
julion
Captain Obvious to the rescue
Messages : 6870
Inscription : 08 Juil 2004, 21:49

Re: B&W 801D, DCS Puccini, Nagra PL-L & Accustic Arts AMP III.

Messagepar julion » 27 Fév 2009, 19:04

J'en étais sûr.
Mais ce n'est pas grave. Faut essayer. A mes oreilles (en même temps, je n'ai pas dû essayé avec béoué), c'est mieux que NAGRA-Accustic Arts. Comme ça... Faut essayer. Moi, j'aime bien le L S 26 (je crois que c'est ça) et le R E F 3 un de mes préamp préféré. D'autres n'aiment pas effectivement, les trouvent insipides.

Pour ce qui est du tube. ARC ce n'est pas du tube "chinois" (je n'ai rien contre mais ce n'est pas pareil). On est sur du très limpide. Pas un truc ronflant, rond et caricatural. Ca n'a pas le son "Tube" comme certains l'entendent genre rond. C'est droit.
bluePOWER

Avatar de l’utilisateur
iblieve
Messages : 69
Inscription : 16 Juin 2004, 16:52
Localisation : rhône-alpes
Contact :

Re: B&W 801D, DCS Puccini, Nagra PL-L & Accustic Arts AMP III.

Messagepar iblieve » 27 Fév 2009, 19:11

Le tube ajoute toujours des harmoniques...certains le font effectivement moins que d'autres mais dans ce cas, je préfère un transistor qui sonne plus rond... Le plus difficile est de trouver le bon équilibre entre rigueur et fluidité... entre rigidité et harmonique... Mais je ne connais pas le ref 3 et autres consors mais le principal est que tu ais trouvé ton bonheur!
HC: Nuforce AV17 + MCH3SEC7+ oppo 985 + samsung LE40F86BDX
Hifi: Mimétism 15.2, DAC audiomat maestro + AA Drive II, Enceintes SEAS Excel Magnésium.
câbles: Full A+ Golden HP et modul/num, soundstring, secteur MPC abyss, mk2 et evidence.

Avatar de l’utilisateur
nico-
Professionnel
Messages : 4860
Inscription : 15 Sep 2003, 22:43
Localisation : Tours

Re: B&W 801D, DCS Puccini, Nagra PL-L & Accustic Arts AMP III.

Messagepar nico- » 27 Fév 2009, 19:18

julion a écrit :J'en étais sûr.
Mais ce n'est pas grave. Faut essayer. A mes oreilles (en même temps, je n'ai pas dû essayé avec béoué), c'est mieux que NAGRA-Accustic Arts. Comme ça... Faut essayer. Moi, j'aime bien le L S 26 (je crois que c'est ça) et le R E F 3 un de mes préamp préféré. D'autres n'aiment pas effectivement, les trouvent insipides.

Pour ce qui est du tube. ARC ce n'est pas du tube "chinois" (je n'ai rien contre mais ce n'est pas pareil). On est sur du très limpide. Pas un truc ronflant, rond et caricatural. Ca n'a pas le son "Tube" comme certains l'entendent genre rond. C'est droit.


Ben c' est bien d' en etre sur mais avoir un peu de bouteille en matos hifi ca serait encore mieux.

Nagra je n' en parle pas non plus : un rapport qualité prix pitoyable, m' enfin quand on vient de Classé forcement tout semble bon.
Ma boite à (gros) cons : xéna, tubesaplat, dabass, bernardmail
Président d' honneur par intérim du FLPCDMC (un genre d' EDV mais en mieux et moins drôle et plus viril )

fredfish
Messages : 480
Inscription : 11 Nov 2005, 10:03

Re: B&W 801D, DCS Puccini, Nagra PL-L & Accustic Arts AMP III.

Messagepar fredfish » 27 Fév 2009, 20:21

julion a écrit :Ecoute, tu devrais te prendre un bon bloc (nico va pas être d'accord) REF210 (deux plutôt, c'est bloc mono) de chez Audio Research) et un REF3. Comme ça, ça ira mieux. (et si tu as des sous et que tu veux 600W, ben, tu prends le 610 mais sur des 801, c'est dommage.

En source, tu gardes la même. Ca apportera un peu de sobriété et woula. En platine... je ne sais plus ce que tu as... vu, garde si tu veux.

Mais essaie ce que je te dis là.


Bonjour Julion,

J'ai déjà eu à plusieurs reprises l'occasion de tester certains produits AR. Mais très franchement ce n'est pas trop ma tasse de thé.
Quelques tests se sont fait chez moi avec le Ref 3. Non vraiment ce n'est pas trop mon truc.
Dans l'absolu je préfère de loin LS26. Le coté Full tube du Ref3 me semble projeter l'écoute.

Bonne soirée,

Frédéric. :wink:

fredfish
Messages : 480
Inscription : 11 Nov 2005, 10:03

Re: B&W 801D, DCS Puccini, Nagra PL-L & Accustic Arts AMP III.

Messagepar fredfish » 27 Fév 2009, 20:22

iblieve a écrit :Le plus difficile est de trouver le bon équilibre entre rigueur et fluidité... entre rigidité et harmonique... Mais je ne connais pas le ref 3 et autres consors mais le principal est que tu ais trouvé ton bonheur!


Tout juste !

:wink:

fredfish
Messages : 480
Inscription : 11 Nov 2005, 10:03

Re: B&W 801D, DCS Puccini, Nagra PL-L & Accustic Arts AMP III.

Messagepar fredfish » 28 Fév 2009, 17:34

Et après les photos, le CR...

Je le colle ici parce que sur HCFR, Haskil l'a censuré ! :lol: :lol: :lol:

Bon,

Comment parler de ce nouvel épisode sans le mettre inévitablement dans son contexte ?

Tout d’abord comme beaucoup d’entre vous le savent déjà les expériences que je mène actuellement ne sont pas des expériences générales mais bien des expériences liées à l’évolution de mon système. Le but étant de l’emmener dans ces derniers retranchements et d’en extraire tout son jus.

Donc il est très important de souligner que ces différents tests ne sont pas à généraliser mais bien propre à mon système et dans sa pièce d’écoute. Qui pour rappel est totalement traitée et dédiée. Cette pièce est devenu réellement un transducteur à part entière.
Il est très difficile de ne pas en tenir compte dans ce qui va suivre.

Je le répète une dernière fois, mais le résultat de ces observations doit êtres remis dans ce contexte. Tant par le matériel associé, que par la pièce d’écoute et pour finir par le but recherché en fonction de ce que j’attends de mon système Hifi.

Ce test d’horloge se fera en trois étape. La première chez NewMusic pour laquelle il y a déjà eu un CR. La deuxième que je ferais seul face à mon système et la troisième que je ferais accompagné de 3 autres mélomanes/audiophiles/idiophile.

Toujours dans le but de remettre ce test dans son contexte, je vais vous faire un petit topo sur ces trois larrons.

Jigé, équipé de 804n associé à des Classé Audio d’ancienne génération. Cela fait maintenant 20 ans que nous parcourons ensemble le monde audiophile tournant autour des B&W.

Cyrus, équipé de 805s et d’un ensemble Cyrus mais à l’achat de matériel AA suite à une très belle batterie de tests comparatifs d’électro. Nous nous sommes rencontrés lors des dernières journées portes ouvertes de chez NewMusic.

Bill, équipé d’enceinte Dunlavy associée à un ensemble Pass Labs. Spécialiste du Vinyle. Il me fera d’ailleurs découvrir quelques bonnes adresses bruxelloise dont la spécialité est justement le vinyle. Notre premier contact se fera via l’envie de Bill de découvrir le système fonctionnant à la maison. À l’époque, lors de notre première rencontre, j’étais encore dans les tests comparatifs inter Nagra et inter AA.

Je vais aussi profiter de l’occasion pour remercier le magasin NewMusic pour le prêt du matos. La clock du Puccini.
Et je fais de même avec le magasin Noir et Blanc pour le prêt du lecteur Nagra CDP et du câble Argento Flow. Belle avant-première à la maison avec ce tout nouveau câble haut de gamme.

Afin de toujours mieux comprendre ma démarche ainsi que le but de tous ces tests je me dois de vous donner un petit mot d’explication sur ce que j’attends maintenant d’un système Haute Fidélité. Voici, dans le désordre, mes différents critères.

L’écoute doit être la plus réaliste possible tout en sachant que nous nous trouvons dans une pièce de 32 m2. Donc, je ne m’attends absolument pas à un miracle. Ce qui pourra très bien fonctionner dans cette pièce et en toute logique ce sont les petites orchestrations. Que ce soit en Jazz ou en musique Classique. De plus cela ne me pose pas trop de souci car c’est essentiellement ce type d’écoute que j’apprécie le plus.

Le réalisme audiophile à ces limites. C’est dans ce sens que le système ne peut absolument pas être fatiguant sur le long terme. Donc il faut faire abstraction d’une forme de réalisme dans les très hautes fréquences. Qui a réellement envie d’entendre pendant 2 heures la puissance de la trompette de Miles Davis dans une pièce de 32 m2 ? Est ce que cela ne deviendrait-il pas totalement inécoutable voir insupportable.

Donc en quelques sortes ce que l’on ne veut pas d’un côté nous pourrions imaginer que nous le retrouvions d’un autre coté. Dans ce cas, je parlerais de justesse des timbres. Cela peut être une forme de bon refuge. Attention de ne pas jouer dans l’excès de musicalité.
Nous pourrions aussi parler de la vitesse d’impact. Dans ce cas, l’ampli doit en avoir dans le ventre. Il doit pouvoir jouer en toute délicatesse mais proposer des accélérations franches pour ne pas dire instantanée. De par ce biais nous nous rapprochons encore une fois d’un certain réalisme sonore.

Je dirais qu’actuellement sur tous ces points, je suis extrêmement satisfait de ce que j’ai chez moi mais voilà. Le dernier point qui me semble important et qui n’est pas très simple à gérer dans mon cas c’est la gestion dans l’espace de l’orchestration. La répartition des instruments et l’aération entre ces mêmes instruments.

Attention, relativisons. Ce n’est pas que cela ne fonctionne pas dans cette pièce mais cela ne fonctionne pas encore assez bien à mon goût.
Et c’est bien sur ce point que je comptais sur l’apport de la Clock du DCS Puccini.
Il ne fallait absolument pas que quoi que ce soit change dans l’écoute. Sauf dans cette légère ouverture et aération. Ouverture qui trouve ses limites dans ma pièce lié à la largeur de celle-ci. 4 mêtres.

Avant de me lancer dans un test complet de l’horloge je me suis posé quelques questions sur les points faibles de la config. Très honnêtement, ici nous nous trouvons devant un système très abouti et qui fonctionne en totale osmose. Chaque élément donne l’impression d’avoir été conçu pour cette association. Il est actuellement très difficile de dire quelle pièce du puzzle est le vrai moteur du système. Que ce soit la pièce, le lecteur, le bloc, le pré ou les enceintes.

Ce qui me conduira à me dire qu’il faut un peu chercher ailleurs. Et c’est, en toute logique, vers les câbles que je vais me diriger. Je dirais que le seul point faible de la config vient du câble reliant le pré Nagra au bloc AA. C’est un Analysis Plus de base. Très efficace mais l’est-il toujours dans ce cas.

Afin de tirer un maximum profit de ce test d’écoute, je vais partir dans plusieurs directions.
L’idée étant que notre oreille s’adapte à nos émotions. Ici pas de technique. Juste une forme de logique intuitive lié à des ressentis d’écoutes dont le but est de nous amener vers le nirvana audiophile.

Nous ferons donc différentes écoutes réparties comme ceci…

1) L’écoute de la platine vinyle ClearAudio Champion Level II.

2) L’écoute comparative entre la ClearAudio et le DCS Puccini.

3) L’écoute du DCS Puccini avec et sans sa Clock.

4) L’écoute du DCS sans sa clock avec le nouveau câble de chez Argento, le Flow.

5) L’écoute du DCS avec sa clock et le câble Argento.

6) L’écoute du DCS sans sa clock avec le Flow comparativement au Nagra CDP avec le Flow.

7) L’écoute comparative entre le DCS et le Flow par rapport à la ClearAudio.

Il y a évidemment quelques nuances par rapport à notre test de terrain et au test de la veille mais en gros nous sommes très proche de la réalité du moment.

Commençons par le point 1.

L’écoute de la platine vinyle sera, sur base de mon système, une première pour Bill, Jigé et Pascal.
Bill connaissant très bien ce support. Jigé et Pascal un peu moins.
Autant vous le dire tout de suite le résultat à la maison est assez incroyable et me pousserais à dire qu’acheter une bonne platine vinyle apportera bien plus de bonheur à son propriétaire que s’il avait investi 3 fois plus dans une platine CD.
Ici la ClearAudio a été réglée au petit soin par notre ami Greg de chez Noir & Blanc et le résultat est tout simplement extra. Nos trois invités, Bill compris, en resterons « paf ».

Quelques vinyles vont défiler et nous permettrons de définir que ce que nous recherchons tous dans un excellent lecteur de CD c’est bien l’écoute analogique de ces galettes noires.
L’écoute se traduit par une forme de réalité ambiante par le biais d’une écoute plutôt matte. Aucune agressivité (un des points les plus importants dans ma démarche), une profondeur des plans assez incroyables et une dynamique qui n’est pas en reste. Tous ces ingrédients apportent une très belle rythmique à l’écoute. Ca « swing » à tout va !

C’est bien sur base de ce type d’écoute que nous nous rendons compte que le travail le plus complexe pour les concepteurs de platine CD se trouve dans cette restitution. Et c’est bien sur ce critère qu’une bonne platine CD peut coûter extrêmement cher. À partir de là les choses deviennent difficilement quantifiables.

Surtout qu’à l’heure actuelle et ceci depuis un certain temps beaucoup court après une forme d’extrême définition. Est ce que sur définition veut dire réalisme Hifi ? C’est à définir mais je n’y crois plus depuis un certain temps. Etant moi même passé par là.

Passons au point 2.

À ce moment, nous allons explorer le potentiel de la platine DCS par rapport à la platine vinyle. Très franchement c’est sur ce point que nous allons vraiment être surpris. Cette platine numérique arrive en toute décontraction à nous séduire par sa restitution analogique. Nous verrons un peu plus tard que ce ne sera pas aussi évident, sur ce système, pour le lecteur Nagra CDP.
Nous allons régulièrement switcher entre la platine vinyle et le Puccini sur base d’un enregistrement de haut vol de chez StockFisch, The Bassface Swing Trio « Plays Gershwin ». D’un côté un CD SACD et de l’autre le vinyle en 180 gr. Tous deux venant du même master.
Actuellement nos préférences nous amènent vers l’écoute du vinyle. L’image et la profondeur de l’écoute DCS étant plus refermée sur elle-même. L’aigu pourrait, sur le DCS, monter encore plus haut sans pour autant devenir agressif. La ClearAudio le faisant sans aucun souci et ceci sans aucune agressivité. Il y a donc de la marge. Le grave par contre nous semble très similaire et ne nous pose donc pas trop de souci. De toute façon ce n’est pas le point qui nous préoccupe pour l’instant.
Alors voilà que nous avons pu relever par comparaison le léger point faible de l’écoute du CD sur ce système. Toujours ce manque, très léger, d’ouverture.

Passons au point 3.

En fait ce point est le point le plus important de notre test puisque nous allons enfin comparer le DCS Puccini avec et sans son horloge.
Ici c’est assez simple car il suffit de brancher ou de débrancher le câble raccordant ces deux éléments pour passer d’une écoute à l’autre. Il aurait été intéressant qu’il y ait la possibilité de « switcher » via la télécommande. Maintenant il est aussi vrai qu’une fois la clock installée nous ne nous amusons pas toute les 5 minutes à changer la méthode d’écoute.
Aujourd’hui, nos Cds de test seront principalement des Cds de Jazz. La veille j’avais pris soins de faire des écoutes sur base de grosse orchestration en musique classique.
Les conclusions seront très proches par le biais de Cds excellemment bien enregistré.

L’idéal serait que je vous donne les réactions de chacun lors de la connexion de cette horloge.

Dès les premières minutes, Bill et Pascal vont être totalement séduit par l’apport qu’il nous manquait. Cette fameuse aération. La justesse des plans dans l’espace. Une fois de plus, comme chez NewMusic (voir CR précédent) l’écoute va s’ouvrir et, dans un premier temps, ce sera assez flateur.
Seulement voilà. Jigé lui a un problème similaire aux miens, l’écoute est plus montante. Dans le haut du spectre, nous franchissons la ligne blanche. Cette ligne qui fait que nous passons de l’agréable au désagréable. Après plusieurs connections et déconnection nous arrivons aux mêmes conclusions. Il y a un gros plus mais au détriment d’autre chose.
Nous perdons le coté charnel du Puccini pour retomber dans une écoute plus technique voir plus numérique. Ce genre d’écoute qui en jette dans un premier temps mais qui peu se révéler assez lassante sur du long terme.
Sur certain plan l’écoute s’en retrouve même légèrement lissée. Pascal fera référence à ses dernières écoutes Wilson Audio Sophia 2. C’est beau, c’est propre sur sois, mais ça manque cruellement de grain. Ça manque peut-être tout simplement de matière.

Personnellement, ce qui m’a le plus dérangé c’est la légère perte de matière ainsi qu’une forme de dégraissage dans le bas du spectre. Ces gros plus qui caractérise l’écoute du Puccini. Sa force. Son rendu très analogique. Ce truc inusable dans le temps. Ces écoutes qui font que tout est palpable mais sans artifices. En définitive une restitution extrêmement naturelle.

Alors voilà, à ce stade nous n’avons pas encore totalement trouvé notre bonheur et nous sommes tous d’accord à quelques nuances près. Que ce sois avec l’horloge ou sans l’horloge. Mais ça c’était sans compter sur l’arrivée d’un élément perturbateur. Le sujet de notre point 4.

Point 4, le « Flow » de chez Argento sans la clock du Puccini !

Voilà, j’explique à mes invités pourquoi j’ai rajouté dans ce test un interconnect. C’est en définitive assez simple et j’en ai déjà parlé dans ce sujet. Est il plus judicieux à partir du moment ou l’on recherche une écoute à dominante analogique d’insérer dans le parcours un élément numérique supplémentaire ? N’est il pas plus judicieux d’essayer d’avancer via un élément analogique afin de garder cette texture sonore du Puccini tant appréciée ?
Un moment de réflexion qui me permettra de prendre le temps de faire les connexions.

Ici une petite explication sur la manip est nécessaire.

Entre le lecteur Puccini et le pré Nagra j’ai un câble Argento de base.
Un serenity. Entre le pré Nagra et le bloc Accustic Arts se trouve un Analysis Plus de base. Ce câble me suis depuis près de 6 ans et était en totale accord avec mes blocs Classé Audio CA-2200. La manœuvre va consister à déplacer le câble Argento Serenity entre le pré et le bloc et de mettre le Flow entre le Puccini et le Pré.

Dans ce cas, je vais aller tout de suite à l’essentiel. L’ajout de ce câble nous a totalement scotché. Tous les 4 instantanément. Autant avec la clock nous nous posions encore quelques questions autant ici tout est rentré immédiatement dans l’ordre.
Pour ma part je retrouvais tous les avantages du DCS mais de manière légèrement plus prononcée. Pas dans le sens ou le câble gonflait l’écoute mais dans le sens où tout était plus fluide, plus limpide, tant sur les textures que sur la matière dans le bas du spectre. Je retrouvais cette assise que j’avais perdue avec la Clock. Cette belle densité qui charpente l’écoute.
Et que dire sur l’aération retrouvée. Superbe. Plus de souci de ce coté là. L’étagement des plans a élargi la distance entre les murs. Comme dirait Bill, nous sommes passé d’une écoute introvertie à une écoute extravertie. Sur certains registres, nous ne savions plus si nous écoutions des Wilsons ou des B&W. Tant nous avions le meilleur des deux mondes.

Enfin à ce stade nous étions tous convaincus que nous touchions le bon bout par une écoute dont la caractéristique première fut l’émotion. D’ailleurs au final nous ferons en fin de journée quelques écoutes sur base de cette association d’éléments et le silence pendant les écoutes nous confortera dans nos choix.

Mais nous allons essayer d’aller encore plus loin…

Point 5, écoute du Puccini avec son horloge et le Flow d’Argento.

Bon, ben là c’est le très grand point d’interrogation de ce test.

Le rebranchement de l’horloge avec le câble Flow nous a surpris dans son rendu par une perte de cohérence. Mais en plus de cette perte de cohérence nous nous sommes retrouvés face à une écoute légèrement plus étriquée. Incompréhensible pour nous tous.
C’est comme si l’horloge faisait « bouchons ». Comme si elle limitait l’ouverture que nous apportait le câble. Je vous avoue que sur ce point nous n’avons pas d’explication. Mais une chose est certaine. L’écoute sans l’horloge était bien plus magistrale.
Il doit sûrement y avoir une raison technique à ce constat, mais je n’ai pas les compétences que pour développer sur ce point. Peut-être qu’un jour, quelqu’un pourra nous expliquer le pourquoi du comment.
Maintenant, après m’être renseigné, j’entends dire que certain audiophile aime l’écoute avec horloge et d’autres préfèrent sans horloge. Encore un point qui soulève quelques questionnement.

Point 6, écoutes comparatives entre le DCS Puccini et le Nagra CDP sur base de la connection du Flow.

C’est probablement le test le plus court de la journée.

Attention qu’ici, et je le répète pour la énième fois, ce test est à prendre avec des pincettes dans le sens ou cela se passe sur un système Hifi bien défini dans un contexte bien défini dont le cheminement amène vers une écoute spécifique. Tout changement dans cette approche peu faire basculer notre perception et donc nos choix.

Lors de cette écoute nous avons constaté qu’il y avait une assez grande différence entre ces deux lecteurs. Le DCS ayant un caractère bien tranché alors que le Nagra nous a semblé plus timide, plus réservé. La scène sonore du Nagra était plus « fond de salle » alors que pour le Puccini cela s’ouvrait plus largement. Les timbres du Nagra étaient plus lisse alors que le Puccini était plus granuleux. La chose qui nous a le plus surpris c’est que l’écoute avec le Nagra s’est révélée assez montante. Non, ici et dans ce contexte le Nagra n’était pas au meilleur de sa forme. Et pourtant j’ai déjà été surpris par son beau potentiel. C’est comme si le câble Flow avait accentué les différences de caractère entre ces deux lecteurs. Et, dans ce cas, le Puccini était au top de ce que l’on attend d’un lecteur THDG.

Et maintenant passons au moment le plus amusant de la journée. Ce moment qui nous dit que la boucle est bouclée.

Point 7. Comparaison du DCS et son Flow à la platine Vinyle ClearAudio Champion Level II.

Pour ce faire nous allons remettre le CD SACD et le Vinyle de chez Stockfisch. Démarrage au même moment et petits jeux de test en aveugle en passant d’une source à l’autre.
Et bien il ne sera pas facile de différencier les deux sources. Au point que nos amis Pascal et Bill vont complètement s’embrouiller. Quand l’un dit vinyle, l’autre dit CD et évidemment l’un a raison et au test suivant inversement. Même moi en passant de l’un à l’autre via la commande du Nagra je me perdrais dans mes écoutes.

Que faut-il tirer comme conclusion ?

Est ce que la platine vinyle apporte, pour un prix plus modeste, une écoute de haut vol ou alors est ce que le pari, des gens de chez DCS, est gagné en nous apportant via leur lecteur « bas de gamme » une magnifique écoute analogique. Tout en ne perdant pas de vue que la platine vinyle n’est pas une platine hors norme. Elle fait partie de la très bonne moyenne. Il y aurait encore des possibilités d’évolution via un bras plus spécifique ou une cellule plus pointue.
De mon côté je dirais que ces deux lecteurs sont exceptionnel et indissociable pour qui ne veux pas se restreindre à un support. Car se dire que l’on ne peut se contenter que d’un des deux monde nous fera inévitablement passer à côté de beaux moments de musique.
En tout cas sur ce point, mon choix est fait.

Et puis maintenant nous pouvons revenir aux questionnements de Bill :

- comment se fait-il que du premier coup ta platine LP (mise au point N&B) sonne pratiquement aussi bien qu'un lecteur dCS THG ?

Probablement cette force méconnue du vinyle à proposer une écoute d’une très grande ouverture. Avec des attaques franches et des timbres somptueux. Nous gagnons plus que nous ne perdons avec ce support. Je n’ose imaginer ce que donnerais cette Clearaudio face à d’autre lecteur THDG ou le sens premier est la surdéfinition. Avec ce rendu typique du numérique. Rendu contre lequel je me bat depuis un certain temps.
Et c’est bien sur ce point que je trouve que le Puccini s’en est vraiment très bien sorti.

- comment se fait-il que le dCS fonctionne mieux sans l'horloge qui est un "extra pas donné" ! (dCS se serait-il trompé ?)

Non, je ne pense absolument pas que DCS se soit trompé simplement dans notre cas la magie opère sans avoir besoin d’artifice. Par le biais d’une installation minutieusement bien ajustée.

- comment se fait-il qu'un changement de câble fasse autant de "si grandes" différences ? (pas un peu, c'était énorme !)

Probablement que le Flow de chez Argento possède une très grande transparence et à permis au système de vraiment s’extérioriser. Le point faible de la config était probablement l’Analysis qui sur les Classé était plus en phase. Ici le système est probablement un peu plus rigoureux et demande le fin du fin.

- comment se fait-il que le lecteur Nagra s'est fait immédiatement "sortir" face au dCS alors que dans d'autres circonstances tu étais prêt à revendre le dCS ?

A mon sens la réponse se trouve dans mon explication précédente. Comme tu l’as remarqué lors de notre écoute avec le Nagra et le Flow nous avons rencontré un coté légèrement montant. Probablement plus bénéfique avec l’association Analysis. L’Analysis par son coté plus fermé a probablement « gommé » ce coté montant avec comme désavantage de probablement gommer d’autres choses.

- as tu préféré le boeuf ou le canard à l'orange ?

Il n’y a rien à faire mais c’est toujours la petite « nana » sympa du resto qui me donne vraiment faim. Après, le canard n’était pas si mal !

Et voilà en quelques mots cette petite journée de tests passée en excellente compagnie.
Je remercie donc au passage notre ami Bill, notre ami Pascal et notre ami Jigé pour avoir eu la patience de me supporter durant cette longue journée passionnante.

Fred. :wink:

fredfish
Messages : 480
Inscription : 11 Nov 2005, 10:03

Re: B&W 801D, DCS Puccini, Nagra PL-L & Accustic Arts AMP III.

Messagepar fredfish » 12 Avr 2009, 14:36

Rien de tel que des amplis de sono...

Image



...



Image

Image

Image

Image

:headb2:

Avatar de l’utilisateur
nico-
Professionnel
Messages : 4860
Inscription : 15 Sep 2003, 22:43
Localisation : Tours

Re: B&W 801D, DCS Puccini, Nagra PL-L & Accustic Arts AMP III.

Messagepar nico- » 13 Avr 2009, 14:25

Le pré halcro c' est une des pires merdes que j' ai jamais entendues, on trouve facilement des choses à 2000€ qui marchent mieux.
Les blocs faut voir... avec du tube avant et le cablage adapté ca peut le faire...
Ma boite à (gros) cons : xéna, tubesaplat, dabass, bernardmail
Président d' honneur par intérim du FLPCDMC (un genre d' EDV mais en mieux et moins drôle et plus viril )

mahler
Messages : 55
Inscription : 06 Jan 2008, 02:07

Re: B&W 801D, DCS Puccini, Nagra PL-L & Accustic Arts AMP III.

Messagepar mahler » 13 Avr 2009, 17:42

Faudrait dejà virer les 801d :lol: :lol:


nan, sérieusement, j'ai entendu ce pré halcro et j'ai pas eu le sentiment qu'il bridait qqchose. il est meilleur (en non aveugle) qu'un pass xp10 qui doit alors etre une sombre bouse :lol:

bon, aprés c'est trop cher, ca c'est clair.


Revenir vers « Enceintes Hi-Fi »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 2 invités